• Balsa JL

     

    Mon curé chez les tractionnistes

      C’est en 1994, au cours d’une randonnée à Cipières, village de Jean-Louis Balsa, que nous avons fait sa connaissance. De discussion en sympathie, le discours s’est orienté sur les voitures anciennes (sa maman avait à l’époque une magnifique 2CV Charleston) et plus particulièrement sur les Traction.

     Bonne pioche, c’était justement la période de la « résurrection » de notre groupe de tractionnistes. Jean-Louis n’a pas résisté longtemps au charme ensorceleur de ce club (on ne parlera jamais assez de l’attraction qu’il a exercée) et en est devenu l’un des tout premiers adhérents (n° 23) .

     Ses obligations ministérielles l’empêchent de participer aux activités de la section aussi souvent qu’il le souhaiterait, mais dès qu’il le peut, il déboule avec sa Traction (cf photo) et chacun le retrouve avec plaisir.

     Dans le mensuel gratuit « Azur Information » du mois de mai dernier, il a fait paraître l’article qui suit, destiné bien évidemment à un public « profane » en la matière et il nous a autorisés  aimablement à le reproduire.

     Favorisant le passage du matériel au spirituel, avec son éthique qui lui est propre, on peut, sans jeu de mots (enfin, presque), dire que la Traction est une « sacrée » voiture !

     Charly

      Une passion : la Traction Avant Citroën

     Pour une fois, je ne parlerai pas du Synode, mais plutôt, de l’une de mes passions : la Citroën Traction Avant.

     Pendant plusieurs années, cette passion je l’ai partagée avec mon père qui m’a transmis les rudiments et l’outillage indispensables pour entretenir une Traction.

     Acquise en 1990, tout petit à petit a été refait. Boite de vitesses, carburateur, compteur, etc.

     Il s’agit, pour les non connaisseurs d’une Traction 11B de 1953, c’est à dire d’une 11 chevaux avec la malle dite bombée qui équipera les Traction jusqu’en 1957.

      La Traction Avant Citroën, c’est quoi ?

     Le mot « Traction », signifie que les roues avant entraînent la voiture par opposition aux voitures qui ont une « propulsion » par les roues arrière.

     A la sortie de la première Traction en 1934, ce procédé n’était pas encore répandu. Aujourd’hui, la quasi totalité des voitures sont entraînées par traction avant.

     L’intérêt est que l’on trouve actuellement toutes les pièces sur le marché.

     Il s’agit aussi de faire partie d’un club international nommé « La Traction Universelle » où bien sûr on peut trouver tous les conseils et le plaisir de partager une même passion avec des gens très différents.

     Rouler avec une telle voiture provoque toujours la sympathie des autres automobilistes ou des passants par des signes de la main.

      Prêtre, Secrétaire général du Synode, professeur de théologie et... mécanicien ?

     Pas à proprement parler, à chacun son domaine de compétences. Par contre, le nez dans le moteur, une certaine méditation qui ouvre à quelques analogies avec l’Eglise.

     La mécanique est un tout, il faut de l’essence, une étincelle pour engager le moteur, de l’huile dans les rouages, de bons freins, un bon éclairage, de bon sièges pour les passagers, bien conduire et bien se conduire, etc., bref comme pour l’Eglise.

     Je sais que d’autres prêtres ont des passions, culturelles, sportives ou autres. C’est aussi cela l’incarnation.

      Père Jean-Louis Balsa, Vicaire épiscopal de l’Evêché de Nice

     

     Balsa JL