• 2014 05 9/10 - Calanques de Bandol

    Sortie de 2 jours à Bandol

    Flyer

    Photos

    Participants : Lucien et Nicole Arnaudo, Gérard et Laura Blanc, Carole Belin, Philippe et Palma Borg, Renée et Elisabeth Champseix, Charly Conil, Marcel et Chantal Mocali, Claude et Edith Morice, Charly et Solange Perisi avec Denis Poussin et Christiane Piriou, Claudie Peirone, Charly et Renée Perruquetti, Jean et Alice Pieracci, Henri et Lucie Zuliani.

     Compte tenu de la distance à parcourir et de l'heure butoir à respecter sur le port de Bandol, le point de ralliement pour la majorité des participants avait été fixé au péage de Fréjus à 9h45. Pour différentes raisons, quelques voitures contemporaines s'étaient jointes au convoi qu'elles ont suivi fidèlement.
    Beaucoup de monde déjà à Bandol, sans doute à cause du beau soleil et du pont du 8 mai. Nous y avons retrouvé avec plaisir Jean et Alice Pieracci et Gérard et Laura venus en camping-car. Le repas, pris à bord du catamaran l'Atlantis, s'est déroulé dans les meilleures conditions. 
    Ce qui n'a pas été le cas de la croisière qui a suivi, très perturbée par un Mistral autant violent qu'imprévu, qui s'était sournoisement levé pendant que nous déjeunions.
    N'a pas le pied (et l'estomac) marin qui veut. Certains d'entre nous (mais pas que nous, rassurez-vous) l'ont cruellement appris (ou vérifié) à leurs dépens.
    Pourtant les calanques que nous avons visitées étaient magnifiques et l'accès par voie maritime offrait une splendide perspective, mais quand on cherche à se raccrocher à la vie à quelque chose de stable en évitant tout à la fois les paquets de mer et de restituer son repas aux poissons, forcément on porte moins d'intérêt à ce qui nous entoure, aussi beau que soit le cadre.
    Et quand le bateau a fait demi-tour à l'entrée de la rade de Marseille, c'est un grand ouf de soulagement que beaucoup de passagers ont poussé. Le retour au portant (par vent arrière) a été beaucoup plus calme heureusement et contrairement au Titanic, nous avons atteint le terme de la croisière sans autres tracas (mais c'est vrai qu'il y avait très peu d'icebergs).
    Le repas au Campanile qui a suivi a été animé comme souvent dans nos sorties, et après une bonne nuit réparatrice, le groupe s'est séparé avec un RV au prochain RAF à Fréjus.
    Merci à Carole qui a eu l'idée de cette sortie originale et à Philippe qui s'est très investi pour que toutes les réservations soient faites dans les délais impartis.

    On est heureux comme des poissons dans l'eau, sur le plancher des vaches ... 
    chantait déjà Alibert en 1934 (tiens : 1934, quelle coïncidence !)